Comment les groupes “Avez-vous cet item à donner?” ont créé une communauté durant la COVID

Jan 25 2021, 1:31 pm

L’espace Bonnes Nouvelles est une collaboration entre TELUS et Daily Hive. Ensemble, nous mettons sur pied un espace pour nouvelles inspirantes où tous peuvent se plonger dans une atmosphère positive via des chroniques et des histoires relatant des initiatives de bienfaisance à un moment où nous en avons tant besoin.

Écrit pour Daily Hive par Kristina Spencer, journaliste du monde culturel, mode et style de vie.


Salida Sumulong avait besoin d’aide.

Madame Sumulong, qui travaille chez Vancouver Coastal Health à l’hôpital général de Vancouver, a dû déménager dans une maison plus modeste, son mari ayant perdu son emploi en mars 2020 en raison de la pandémie de Covid-19. 

Avec six enfants à sa charge, elle a commencé à vendre quelques objets inutiles sur Facebook. C’est sur cette plateforme qu’elle a découvert le groupe “Avez-vous cet item à donner? “

Le projet ‘‘Avez-vous cet item à donner? ” a été lancé près de Seattle, Washington, en 2013. Ses fondateurs, Liesl Clark et Rebecca Rockefeller, ont débuté ce groupe localement sur Facebook dans le but de mettre en place une économie sans argent qui favoriserait le tissage de liens communautaires.

Buy Nothing

A Buy Nothing gratitude post.

Le mouvement s’est propagé à travers les États-Unis, puis, sur une échelle internationale. En janvier 2021, on pouvait dénombrer près de 5 000 de ces groupes à travers le monde. En un mot, les groupes ‘‘Avez-vous cet item à donner? ” sont une économie basée sur des dons qui encouragent leurs membres à donner les items dont ils n’ont plus besoin, réduisant ainsi les achats inutiles tout en créant des liens durables au sein des communautés.

“Nous avions besoin de nouveaux lits pour nos enfants. Grâce au groupe, nous avons reçu de nouveaux lits, ainsi que des couvertures, des jouets et des livres pour nos enfants. J’ai reçu de nombreux cadeaux, non nécessaires, mais qui représentent un luxe que je ne n’aurais jamais pu me permettre l’année dernière”, relate Madame Sumulong.

L’histoire de Madame Sumulong n’est qu’une parmi plusieurs histoires réconfortantes attribuables aux groupes “Avez-vous cet item à donner?”.

Carli Sussman, mère et femme au foyer de 41 ans et réserviste dans l’armée, décrit son groupe “Avez-vous cet item à donner? ” au nord de Vancouver comme une version moderne du petit village dans lequel elle a grandi, où les gens allaient cogner à la porte d’un voisin pour de l’aide, sans que celui-ci ne se sente envahi ou obligé. 

Buy Nothing

Carli Sussman’s Christmas tree from Buy Nothing group.

La fierté du groupe réside dans la connectivité, la générosité et le sentiment d’appartenance.

Le plus beau cadeau reçu par Madame Sussman l’an dernier fut le premier sapin de Noël de la famille.  De nombreuses raisons ont retardé l’achat d’un arbre  – jeunes enfants, deux chats, appartement trop petit, etc. Finalement, elle a décidé que le moment était venu pour sa famille d’avoir son sapin. Malheureusement, son budget ne lui permettait pas cette dépense. Un membre du groupe de Madame Sussman a un jour publié une photo d’un sapin tout neuf et décoré, gagné dans un tirage, et la famille en fut l’heureux bénéficiaire.

“Mes enfants étaient si heureux lorsqu’ils l’ont vu”, nous dit Madame Sussman. “Pour moi, ce fut encore plus spécial, car cet arbre symbolisait la générosité et l’entre-aide au sein de ma communauté”.

Le besoin d’appartenance à une communauté est normal durant une ère de confinement et de manque de contact physique. NextDoor, une plateforme de Silicon Valley qui permet d’entrer en contact avec sa communauté locale, a vu une augmentation de 80 pour cent des membres actifs quotidiens en mars dernier. Il semblerait que Facebook travaille à développer une plateforme similaire, qui permettrait aux membres de rejoindre un “quartier local”, et ainsi voir des publications, groupes et marchés locaux.

Buy Nothing

Chandeliers obtained through local Buy Nothing group outside Vancouver

Ces groupes locaux peuvent soulager la solitude que ressentent de plus en plus de Canadiens vivant seuls (ce nombre ayant plus que doublé depuis les 25 dernières années). 

En 2016, presque quatre millions de Canadiens vivaient seuls, représentant 28 pour cent des ménages et devenant le groupe le plus commun au pays, pour la première fois.

Les groupes locaux procurent un sentiment d’appartenance qui manque à la vie urbaine. Une étude menée par NextDoor a démontré que seulement 38 pour cent des Canadiens connaissent un ou deux de leurs voisins (même si 83 pour cent de ceux-ci se considèrent de bon voisinage).

Vicki Bright a initié le groupe “Avez-vous cet item à donner? ” à Hastings Sunrise en novembre 2019. Depuis, plus de 1 200 membres se sont joint au groupe et celui-ci s’est même scindé en deux groupes ce mois-ci.

“Avez-vous cet item à donner? c’est plus que des items à donner, c’est une connectivité”, considère Madame Bright.

 “La vitesse à laquelle le groupe s’est développé démontre à quel point les gens ont besoin d’être connectés. La beauté du groupe réside dans la proximité des membres. Il est facile d’y développer des connections durables.”

Buy Nothing

The Elf on the Shelf that stayed in hospital with Tara’s daughter.

Durant la période des Fêtes, les groupes “Avez-vous cet item à donner? ” ont remis des paquets aux maisons d’hébergement pour femmes et aux maisons de transition. Tara, une assistante de 43 ans, a publié une demande dans son groupe de la rive-nord afin de trouver un lutin pour amuser sa fille à l’hôpital. La journée-même, une mère et ses adolescents lui ont apporté le lutin de leur famille.

Les membres du groupe de Kitsilano Nord Est se sont rassemblés lorsque Aislinn Pham, une directrice chez Pampered Chef, a rencontré Dustin, un sans-abri qui venait de se faire voler son sac à dos.

“Même si cela venait de lui arriver, il était tout sourire pour les passants. Il me racontait son rêve de un jour faire une exposition de son art”, nous raconte Madame Pham.

“C’est un artiste et un écrivain brillant, nous avions discuté de publier des photos de son art sur les réseaux sociaux”.

Dustin lui fait part de son besoin d’un téléphone pour parler à son fils de 16 ans durant la période des Fêtes. Lorsqu’elle lui a offert son aide, il lui a plutôt demandé pour une paire de bas chauds. Deux heures après la publication sur son groupe, Dustin recevait un nouveau sac à dos, un portable et chargeur, des souliers de marche, des bas chauds, un manteau, une tuque, du matériel d’artiste, un kit de premiers soins, des masques, des certificats cadeaux pour de la nourriture, et plus.

“De petits gestes de bonté, c’est tout ce que ça prend – ils s’additionnent et le sentiment grandit”, dit Madame Pham.

“Je suis si heureuse d’avoir eu la chance d’aider et je réalise à quel point on se sent bien d’aider et de donner ce que nous avons à quelqu’un qui va s’en servir et qui en a de besoin”.

Cliquez ici pour trouver votre groupe “Avez-vous cet item à donner?” local.

Grade 12 student Camila Palacios collected items via Buy Nothing for a local women's shelter

Grade 12 student Camila Palacios collected items via Buy Nothing for a local women’s shelter

ADVERTISEMENT
ADVERTISEMENT